< Page précédente


Nom :
 
Localisation :
 
Type architectural :
 
Période de construction :
 
Description / historique :

Érigée selon les plans et devis de l’architecte Victor Bourgeau, cette église en pierre reprend un modèle utilisé en plusieurs occasions par ce professionnel de renom du XIXe siècle. Ce lieu de culte, issu de la tradition canadienne de l’architecture néoclassique, se caractérise principalement par la présence de deux tours jumelles, surmontées de hauts clochers.

[Ce modèle] (…) permet par la présence des tours de construire des murs latéraux plus longs et plus hauts, de créer ce portique dont on a dit qu’il était inspiré de Notre-Dame-de-Montréal. Ce système est certainement pratique pour donner le maximum d’espace à l’arrière de l’église, à des fins de circulation, tout en permettant d’accrocher un jubé (…). Très proche parent des planches publiées dans le Vitruvius Britannicus, il reprend les données palladiennes largement utilisées au XVIIIe siècle en Angleterre : notamment les arcs servant de portes d’entrée. Ce modèle était déjà connu et utilisé par les architectes qui avaient oeuvré avant Bourgeau. Alexis Milette avait utilisé ce système, quoique de façon plus grossière à Yamachiche, créant en 1830 un portique à trois sections au-dessus duquel se déployait un jubé. L’idée était sans doute familière à Bourgeau qui a dû cependant le perfectionner tout en restant assez proche de ce que présentait les livres de modèles (GAUTHIER, 1983 : 308-312).

Point d’ancrage de la socio-économie villageoise, ce monument de piété reste un gage de la prospérité paroissiale du siècle dernier. Il s’agit de l’un des monuments religieux d’envergure de la région. À remarquer les deux statues de bronze logées dans les niches de sa façade, d’un poids de près de 800 livres chacune.


© 2003 La Société du patrimoine de Sainte-Martine inc.